28/01/2008

Méandres

Ondulation souple, tes méandres me mènent, je vais à gauche, puis à droite, pantin je te suis, sous ton poids immergé, le flot de tes paroles, me noie dans le matin.
Fraiche transparence,  ton chant glacé me transporte vers des mondes transis d'effroi.
Brumes denses et épaisses, mènent la danse sous les spirales des tourbillons.
Source coulant ; lune de la Terre ; principe féminin,  eau divine qui donne la vie.
Je suis cette Pierre qui roule sur ton lit, tu me façonnes à ton gré.
Je t'accompagnes dans ces mondes aquatiques, distinguant sous ta robe d'algues tes courbes lancinantes.
Je te jette la Pierre, tu t'arrondis sans fin, je coule,...je suis bien.

 

 

 

 

21:42 Écrit par Lugus dans Art Sacré | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Merci, les motys de ton poèmes sont fluides comme cette eau dont tu parles...

Écrit par : Pomme | 30/01/2008

Les commentaires sont fermés.